Les aides au transport sont destinés à financer les déplacements des demandeurs d’emploi dans le cadre de leur recherche d’emploi. Il en existe trois principales. Parmi elles, les bons de déplacement qui permettent la prise en charge d’une partie des frais de déplacement automobile.

Qui peut bénéficier des bons de déplacement ?

A l’inverse des bons de réservation (destinés aux billets d’avions ou de trains), les bons de déplacement ne sont destinés qu’à certaines catégories de demandeurs d’emploi. Toutefois large, ce public se compose des personnes en CRP (convention de reclassement personnalisé) ou en CTP (contrat de transition professionnelle). Sont également concernés par les bons de transport les bénéficiaires des minimas sociaux (RSA, ASS, AAH, ATA), les demandeurs d’emploi non indemnisés ou percevant le montant minimum de l’allocation de retour à l’emploi, ou encore les personnes en contrats aidés.

A quoi servent les bons de déplacement ?

Les bons de déplacement ont été prévus pour que le coût des déplacements en matière de recherche d’emploi ne soit plus un frein pour les demandeurs, particulièrement pour les plus touchés par la précarité. Les bons de déplacement constituent une participation financière aux frais engendrés par des déplacements en voiture. Ces bons de transport peuvent servir lors d’un entretien d’embauche ou pour passer un concours d’accès à la fonction publique. Il peut également s’agir de suivre des ateliers de formation qui s’inscrivent dans la démarche générale de recherche du demandeur d’emploi ou encore dans le cadre d’une création d’entreprise dont le montage nécessite de nombreux déplacements.

Le montant des bons de déplacement

Les bons de déplacement sont calculés en fonction de la distance kilométrique parcourue. Pour définir cette distance, le conseiller pole emploi utilise le site via-michelin.fr. Le demandeur d’emploi est indemnisé à hauteur de 20 centimes du kilomètre, dans une limite de 200 € par jour.

Les autres articles sur les démarches envers l'emploi