Dans le cas d'une invalidité réduisant votre capacité de travail des deux tiers et résultant d'un accident ou d'un maladie d'origine non professionnelle, il est possible de percevoir une pension d'invalidité pour compenser la perte de salaire. Mais dans le cas où vos revenus resteraient faibles, il est possible de bénéficier d'une allocation invalidité dite Allocation Supplémentaire d'Invalidité (ASI)

Qui peut percevoir l'allocation pour invalidité ASI ?

L'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI) est attribuée aux personnes ayant une pension de retraite ou une pension d'invalidité n'ayant pas encore l'âge légal de départ en retraite. Elle est réservée aux ressortissants de l'Espace économique européen résidant régulièrement en France (plus de 6 mois dans l'année) et aux personnes étrangères bénéficiant d'un permis de travail depuis 10 ans minimum et ayant une incapacité de travail des deux tiers.

Cette allocation invalidité est un complément aux pensions déjà perçues si celles-ci procurent des revenus trop faibles, à savoir notamment les pensions d'invalidité mais également les pensions de réversion, les pensions de vieillesse de veuf invalide, les pension de retraite anticipée pour handicap ou carrières longues ainsi que les pensions de retraite pour pénibilité.

Le versement de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI) s'interrompt lorsque le bénéficiaire atteint l'âge légal de départ à la retraite et peut alors bénéficier de l'Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA). Attention, le montant des allocations versé est récupérable lors de la succession du  bénéficiaire défunt si le montant de la succession dépasse 39 000 € .

Démarche et calcul de l'allocation pour invalidité ASI

La demande d'allocation invalidité doit être déposée à l'organisme versant la pension d'invalidité ou la pension la plus élevée. Les ressources prises en comptes sont celles du demandeur et de son éventuel conjoint. Le plafond de ressources est fixé en 2012 à   8 266, 35 € par an pour une personne seule et à 14 479 € pour un couple. Les revenus considérés sont les avantages de vieillesse et d'invalidité, les revenus professionnels, les revenus de biens mobiliers et immobiliers et l'allocation adulte handicapé (AAH).

Pour une personne seule dont les revenus sont inférieurs à 3 511,87 € par an (en  2012), l'allocation supplémentaire d'invalidité est de 4 754,48 € par an, soit 8 266,35 € par an maximum. Si les revenus sont intermédiaires et inférieurs à 8 266,35 € par an, le montant de l'allocation représente la différence entre ce plafond de 8 266,35 € et les revenus annuels.

Pour un bénéficiaire de l'allocation supplémentaire d'invalidité vivant en couple dont les revenus sont inférieurs à 9 724,62 € par an (en  2012), l'allocation supplémentaire d'invalidité est également de 4 754,48 € par an, soit 14 479,10 € par an maximum. Si les revenus sont intermédiaires et inférieurs à 14 479,10 € par an, le montant de l'allocation représente la différence entre ce plafond de 14 479,10 € et les revenus annuels.

Dans le cas de deux bénéficiaires de l'allocation supplémentaire d'invalidité vivant en couple dont les revenus sont inférieurs à 6 633,49 € par an (en  2012) si mariés ou inférieurs à 4 970,14 € si concubins ou pacsés, l'allocation supplémentaire d'invalidité est respectivement de 7 845,61 € par an et 9 508,96 €, soit 14 479,10 € par an maximum. Si les revenus sont  intermédiaires et inférieurs à 14 479,10 € par an, le montant de l'allocation représente la différence entre ce plafond de 14 479,10 € et les revenus annuels.

Les autres articles sur les aides à la réinsertion