L’immigration et les dépenses fantasmées qu’elle entraînerait ont toujours eu bon dos pour être les coupables historiques d’une économie peu glorieuse. Il est toujours plus commode et rassurant de rejeter la faute sur « l’étranger ». Dans ce papier, nous allons traiter de ces affirmations pour démêler le vrai du faux. Par « migrant », s’entend toute personne née dans un pays étranger, de nationalité étrangère, venu vivre en France. La deuxième génération, née sur le territoire, n’est donc pas prise en compte dans les chiffres suivants.

Les immigrés plombent notre économie

Beaucoup de citoyens exaspérés par la situation économique choisissent la facilité en écoutant les sirènes des politiques rendre l’immigration responsable de tous les maux de notre société.  Qui plus est en période électorale. Concernant le système de protection sociale, les choses sont claires : sans immigration, le déficit public se creuserait d’avantage. Car la population immigrée, principalement composée d’actifs, cotise à hauteur de 0,5 % du PIB du pays.

Le système de protection sociale incite à l’immigration

Notre système de protection sociale a évolué depuis sa création en 1945. Evolutions positives, régressions inquiétantes, les changements dans le système n’ont à priori pas affecté le taux d’immigration annuelle. Pas même l’arrivée de la CMU qui est pourtant un atout de taille pour les foyers les plus modestes. En 1968, la population française comptait 5,4 % d’immigrés. En 2008, ce chiffre est de 5,6 %.

Les immigrés abusent de la protection sociale

Il est vrai que les personnes issues de l’immigration sont davantage en proie au chômage et à la misère, du fait souvent des conditions de leur arrivée et des conditions d'accueil. Ils se retrouvent donc bien souvent en situation de bénéficiaires d’aides sociales telles que l’APL (allocation personnalisée au logement) ou l’ARE (allocation de retour à l’emploi) s’ils ont auparavant cotisé. En revanche, en termes de santé et d’accès aux soins, la population immigrée n’utilise pas l’entièreté de ses droits. C’est peut être culturel, ou du à un manque d’information, mais au niveau de l’assurance maladie les migrants cotisent plus que ce qu’ils ne coûtent.

Les immigrés fraudent sur les aides sociales

Il existe bien une fraude aux aides sociales, mais elle n’est pas particulièrement attribuée à la population immigrée. De plus, cette fraude représente environ 60 millions d’euros par an, contre presque 3 milliards de fraude fiscale. Tricher quand on est riche semble mieux admis par la société, ce qui est assez paradoxal.

L’immigration islamise la France

La France est (encore ?) un pays d’ouverture qui a une histoire liée à l’Afrique, notamment dans le bassin méditerranéen. Pour autant, l’immigration est bien loin de provenir exclusivement de ce continent. Une étude à démontré que pour prés de la moitié, les migrants venaient d’un autre Etat membre de l’UE. Un quart se partage entre Amérique, Océanie, Asie et Afrique subsaharienne. Et un dernier quart regroupe les migrants du Maghreb.

Source :
Bastamag
20 minutes

Les autres articles sur les aides à la réinsertion