La majoration pour la vie autonome est un complément l’allocation adulte handicapé (AAH) afin d’aider les personnes qui continuent à vivre de façon autonome à pouvoir faire face aux charges inhérentes à cette situation. La majoration pour la vie autonome s’obtient de droit, sans qu’aucune démarche ne soit nécessaire de la part du bénéficiaire.

Comment bénéficier de la majoration pour la vie autonome ?

La majoration pour la vie autonome est un dispositif qui a été mis en place afin de remplacer le complément de l’allocation pour adulte handicapé, et ce depuis 2005.

Pour bénéficier de la majoration pour vie autonome, aucune démarche n’est nécessaire. Cette aide est automatiquement attribuée aux personnes y ayant droit.

Pour être éligible à cette majoration, la personne doit être bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé (AAH) à taux normal ou en supplément d’une rente pour accident du travail, ou d’un avantage vieillesse. Le taux d’incapacité du bénéficiaire doit être au moins de 80 % et il doit bien sûr disposer d’un logement autonome (c’est là tout l’enjeu du dispositif). Enfin, pour bénéficier de la majoration pour la vie autonome, l’ayant droit doit percevoir une aide au logement en tant que titulaire du droit ou comme conjoint du titulaire du droit.

Montant de la majoration pour la vie autonome

La majoration pour la vie autonome est d’un montant forfaitaire de 104,77 € chaque mois. Le versement de la majoration débute le premier jour du mois où le bénéficiaire remplit les conditions d’éligibilité. Son organisme prestataire lui délivrera alors l’aide automatiquement.

La majoration pour la vie autonome est gérée par la caisse d’allocations familiales (CAF) pour les affiliés au régime général, ou par la mutualité sociale agricole (MSA) pour les ouvriers et exploitants agricoles. En cas d’hospitalisation, la majoration pour la vie autonome est maintenue 60 jours.

Les autres articles sur les aides à la réinsertion