Les salariés visés par une mesure de licenciement économique font d’office l’objet d’une convention de reclassement personnalisé, CRP, s’ils justifient d’une ancienneté de minimum deux ans au sein de l’entreprise. Toutefois, les salariés pouvant bénéficier de l’allocation de retour à l’emploi, ARE, bénéficient également d’une CRP par le biais du pôle emploi. La CRP consiste à mettre en place une action de retour rapide à l’emploi grâce à des formations ou à des orientations ciblées.

Les conditions de la CRP

Le salarié en phase de CRP par le pôle emploi perçoit son allocation de retour à l’emploi de façon ordinaire. La durée des droits Assedic ouverts ne peut être supérieure à celle des demandeurs d’emplois ne bénéficiant pas de la convention de reclassement personnalisé. De plus, au titre de la CRP pôle emploi, le salarié ne peut prétendre à une indemnité différentielle s’il retrouve un poste qui se voit moins rémunéré que son emploi précédent.

Comment en bénéficier ?

Tout salarié qui a droit à la CRP en est informé par courrier. Le salarié est libre d’accepter ou non cette proposition. S’il refuse, son droit à l’allocation de retour à l’emploi est maintenu mais il ne bénéficiera pas de suivi personnalisé. Sans réponse au bout de 21 jours, la proposition de CRP du pôle emploi est considérée comme refusée par le salarié.

Teneur de la CRP

La CRP du pôle emploi a pour but de permettre au salarié de retrouver très rapidement un emploi par le biais d’un accompagnement personnalisé. Cet accompagnement se traduit tout d’abord par un pré bilan destiné à faire la synthèse des capacités et qualifications professionnelles du salarié. Suite à ce pré bilan, un plan d’action est mis en place afin de proposer des orientations professionnelles et d’éventuelles formations par un suivi individuel.

Les autres articles sur la recherche d'emploi