La retraite et le chômage sont deux situations qui interagissent entre elles de différentes façons. Les périodes de chômage, qu’elles soient sujettes à une indemnisation ou non, peuvent compter pour valider des trimestres d’activité nécessaires à la perception d’une pension de retraite. Sur un autre plan, les demandeurs d’emploi de plus 50 ans peuvent aussi bénéficier d’aides spécifiques afin d’attendre la retraite et libérer des emplois sur un marché du travail déjà saturé.

Le chômage indemnisé

Un demandeur d’emploi qui est indemnisé au titre de l’allocation de retour à l’emploi ou d’un autre revenu social cotise à la retraite sur la somme qui lui est versée mensuellement. Ce droit à la retraite est ouvert pour quatre trimestres par an si le demandeur d’emploi perçoit :

  • L’allocation de retour à l’emploi,
  • L’allocation de solidarité spécifique,
  • L’allocation équivalent retraite,
  • L’allocation transitoire de solidarité,
  • L’allocation pour congé ou convention de reclassement,
  • L’allocation de convention de conversion (versée par l’entreprise),
  • L’allocation de congé solidarité.

Sont exclus des cotisations pour la retraite, les personnes au chômage dont l’âge leur permet de bénéficier d’une pension de retraite à taux plein (entre 65 et 67 ans).

Le chômage non indemnisé

Lorsque le demandeur d’emploi arrive en fin de droits à l’indemnisation, et qu’il ne perçoit aucun revenu solidaire, il continue de cotiser pour sa retraite pendant une durée d’une année. Cette durée est portée à cinq ans si :

  • Le demandeur d’emploi a cotisé au moins 20 ans au cours de sa carrière,
  • S’il a atteint l’âge de 55 ans au moment de la fin de droit Assedic,
  • S’il n’est pas soumis à un régime obligatoire de retraite.

Allocation Equivalent Retraite

L’AER est une allocation destinée aux personnes sans emploi, qui ont suffisamment cotisé pour bénéficier d’une pension de retraite à taux plein, mais qui n’ont pas encore atteint l’âge légal de départ.

Les autres articles sur la retraite