Après plusieurs mois de recherche, les laboratoires internationaux ont finalement découvert des vaccins permettant de lutter contre le COVID 19. Mais face à des problématiques de logistique et de livraison, tout le monde ne pourra pas recevoir le vaccin en même temps. À ce titre, un planning de vaccination en France est prévu par le gouvernement. L’objectif est de vacciner en priorité les personnes les plus fragiles ou les plus exposées au virus. À terme, tous les Français qui le souhaitent pourront être vaccinés.

Un planning de vaccination en France prévu en 3 phases

Dans un objectif de santé publique, le 3 décembre 2020, le gouvernement annonce un planning de vaccination en France en trois phases.

Phase 1

La première phase du planning de vaccination en France a commencé fin décembre (initialement prévu début janvier). Ici, les personnes susceptibles de recevoir le vaccin sont limitées :

  • les personnes âgées vivant dans des établissements spécialisés (cela concerne notamment les Ehpad) ; 
  • le personnel de santé travaillant dans ces établissements. 

À l’échelle de la population française, cela correspond à un million de personnes.

À ce stade, seuls les vaccins Pfizer - BioNtech sont délivrés.

Phase 2

À la fin du mois de janvier, la seconde phase du plan de vaccination est enclenchée. En plus des personnes vaccinées au cours de la phase 1, cela concerne également (par ordre de priorité):

  • les personnes de plus de 75 ans :
  • les personnes de plus de 65 ans ;
  • les professionnels de santé ou médico-sociaux de plus de 50 ans ;
  • les personnes vulnérables du fait d’une maladie ou autres troubles de santé.

Cette phase correspond à 14 millions d’administrés.

Ici, les vaccins Moderna, AstraZeneca, CureVac et Jannsen s’ajoutent à la liste.

Phase 3

À la fin du printemps, le gouvernement étend son planning de vaccination en France au grand public. Là encore, le calendrier de vaccination est effectué par ordre de priorité :

  • les personnes entre 50 et 64 ans ;
  • les professionnels travaillant dans les secteurs jugés essentiels ;
  • les personnes vulnérables ou précaires ;
  • les personnes vivant dans des établissements confinés ;
  • les majeurs.

À partir du printemps, le vaccin Sanofi devrait également être disponible pour permettre de vacciner un maximum de personnes.

Pour ce programme de vaccination à grande échelle, les Français recevront des bons de l’Assurance Maladie. Il ne sera donc pas utile d’aller chez le médecin traitant.

Le gouvernement français précise toutefois que cette campagne vaccinale est susceptible d’évoluer en fonction des livraisons.

Évolution et objectif du planning de vaccination

L’évolution du programme de vaccination

Grâce à des livraisons anticipées, le planning initialement prévu début janvier est alors avancé à la dernière semaine de décembre. Le premier vaccin contre le coronavirus a donc été injecté le 27 décembre 2020.

Cependant, dès le début de la campagne de vaccination, de nombreuses critiques sont apparues en raison du faible nombre de personnes vaccinées. En effet, à la fin du mois de décembre, la France n’avait vacciné que 200 personnes, contre 42 000 en Allemagne et 900 000 au Royaume-Uni.

Du fait de ces nombreuses critiques, le gouvernement a annoncé plusieurs changements dans le planning de vaccination en France :

  • La seconde phase initialement prévue en février a débuté à la fin du mois de janvier.
  • Les professionnels de santé de plus de 50 ans ont pu se faire vacciner à partir du 2 janvier.
  • À partir du 5 janvier, les vaccinations ont été ouvertes pour toutes les personnes âgées de plus de 75 ans, les aides à domicile ainsi que les pompiers de plus de 50 ans.
  • Le ministre de la Santé a également annoncé que toutes les personnes souhaitant se faire vacciner peuvent désormais s'inscrire sur une liste. Cependant, aucune date de vaccination à grande échelle n’est encore prévue.

Ces différentes décisions d’accélération du processus sont prises en raison de la colère des Français face aux désordres de la campagne de vaccination contre le coronavirus.

Un objectif atteignable ?

Le 3 février 2021, le président de la République a précisé l’objectif de ce planning de vaccination en France : vacciner au moins 15 à 20 millions de la population en milieu d’année et 27 millions à la fin de l’été.

Cependant, les chiffres actuels semblent contredire la réussite d’un tel programme. En effet, fin janvier, Olivier Véran a annoncé un rythme de 130 000 vaccinations par jour. À noter que ce rythme varie considérablement d’une semaine à l’autre et selon les jours. Il paraît donc difficile d’atteindre les 27 millions de Français vaccinés en été.

D’autant plus que l’efficacité du vaccin est conditionnée par l’injection de 2 doses.

Alors pour atteindre cet objectif, il faut donc accélérer le processus de vaccination. À cette fin, le gouvernement réfléchit à plusieurs possibilités :

  • Les lieux d’injection du vaccin : le vaccin AstraZeneca ne nécessitant pas de condition de stockage particulière, les pharmacies déclarent être prêtes à réaliser des injections. Il faut toutefois nuancer cette hypothèse, puisque ce vaccin ne peut être transmis qu’aux personnes de moins de 65 ans.
  • Les capacités de production : d’ici fin février, début mars, il devrait y avoir quatre sites de production disponibles. Ce qui permettrait donc d’accroître sensiblement les livraisons.

Reste à savoir si ces mesures seront suffisantes pour que le planning de vaccination en France soit bien respecté.

Les autres articles sur les démarches santé